Indignés de merde !

2 Déc

J’étais tranquillement en train de lire le fil d’actualité des mes amis sur Facebook quand je tombe sur une photo qu’a publiée mon amie Sarah (ci-dessus) et là tout est devenu très clair : je déteste ces petits cons d’Indignés.

Rappel : une jeunesse indignée qui se révolte, qui gueule contre ce monde pourri par le capitalisme meurtrier libéré par des politiques incompétents. Ils font aussi un doigt d’honneur à leurs parents soixante-huitards qui ont porté des sous-pull serrés, des minijupes, connu l’arrivée de la pilule, le droit à l’avortement, le plein emploi, les tables en formica oranges, l’amour sans latex… Ces rebelles des années soixante sont aujourd’hui propriétaires et attendent avec impatience leur retraite pour pouvoir s’exiler dans leur riad de Marrakech et finir leur jours sous les bougainvilliers…

Quand le mouvement des Indignés a été lancé, j’ai trouvé cela génial, beau, touchant ! Je me suis dit : « Voila, on a besoin de ça ! Maintenant c’est à notre tour, on va peser sur les politiques français ! Indignons-nous ». J’ai même lu Indignez-vous, le best-seller de Stephane Hessel, que j’ai analysé, lentement, et quand j’ai terminé le livre, au bout de 8 stations de métro, je voulais m’indigner à tout bout de champ, j’étais révoltée par tout !

Au bureau, un collègue m’a dit « Les indignés ?? Mais ils n’ont pas de structure, ils ne sont pas organisés et leurs revendications ne sont pas claires. » Ce jugement me paraissait erroné et pour le moins partisan.

Avec le recul je me rends compte que les Indignés ne sont pas seulement désorganisés; se sont des néo hippies-écolos-crados-bios qui ont les cheveux sales, les doigts jaunes, des pantalons larges, des baskets de skaters, qui fument des clopes roulées et commencent leurs phrases par « Ouais c’est clair, et ben nous on … »

Pour illustrer mon propos, je me base sur les quelques actions de fond menées par nos rebelles sur sur le parvis de la Défense : partage de nourriture entre eux (comme dans Koh Lanta), dessins sur carton, peinture sur toile, camping sauvage… En plus, à force de rester dans le froid et fumer des clopes toute la journée, nos Indignés vont attraper la crève, tomber malades, voir le médecin, obtenir des médicaments et creuser encore plus le trou de la sécu !

Je pensais vraiment avoir un printemps français, un renouveau, un souffle d’espoir, une envie de mieux. Je voulais une jeunesse de France crédible, organisée et politiquement forte. A la place on a un petit groupe de potes qui refait le monde : il ne manque plus que le feu de bois, des gens assis autour et qui se tiennent la main en regardant avec leurs yeux admiratifs un mec avec une guitare qui chante No Woman No Cry.

Je le dis, je suis indignée par les Indignés.

5 Réponses to “Indignés de merde !”

  1. Sébastien VRAY 2 décembre 2011 à 19 h 23 min #

    Bonjour Leila,

    En plus du bon ton qui fait sourire (j’ai souri) de votre article, vous avez le don pour mêler l’amalgame (tous les indignés seraient donc identiques, comme lorsque pour se sentir ne pas leur appartenir nous appelons les autres « les gens »), le délit de sale gueule (dont sont souvent la cible ceux qui ne sont pas blancs, bien habillés, les cheveux propres et la verve précise … et qui sentent plus fort) et une idéologie d’anti-anti (vous êtes anti-ceux qui sont anti-ça, la boucle est bouclée et tout le monde se déteste. Pour la résolution des conflits en tous genre, conflits de classes y compris, on a vu mieux).

    Il faudrait obligatoirement être organisé pour se manifester. Il faudrait être bien habillé pour penser. Il ne faudrait pas être contre la production chimique parce que le bio est … est quoi d’ailleurs?. Il faudrait avoir la manucure soignée pour s’exprimer.

    J’aime votre style. Vous avez cette audace répandue des néo-digital-nativ-egotrip-dorés-blasés. Je viens de trouver l’expression. Comme vous caractérisez les indignés par un mot composé, je me permets, sans vous connaître, par le texte que vous livrez publiquement de vous caractérisez à mon tour. Et vous pourrez certainement en faire autant sur mon compte, afin d’entretenir cette belle boucle de l’inimitié globalisée des gens blasés de se donner le plaisir (pas la peine, faut pas se forcer) de comprendre les autres. Construire une relation est plus difficile que de s’envoyer des galettes de fioul dans la face. Les billets d’humeur négatifs participent de l’entropie sociale, et sans faire de mauvais rapprochement, celui de P.Besson dans le Point vient de se faire couronner par la critique des internautes comme le plus mauvais billet d’humeur de la décennie … (argh le blaireau !)

    Au plaisir de vous lire à nouveau. Je suis impatient.

    Amicalement,

    Sébastien VRAY

  2. Edouard 7 décembre 2011 à 13 h 01 min #

    Je plussoie. C’est bien.

    La révolution, c’est du sérieux.

  3. Sarah la muse 7 décembre 2011 à 22 h 11 min #

    Bien que je n’approuve pas le mot plussoyer je suis d’accord avec l’ami Ed : les indignes ont pourri notre indignation ! Le soir où j’ai effectué ce reportage photo, j’ai pu assister à l' »AG » (assemblée générale) des fameux indignés. Il n’était point question d’un débat sur la motalisation de la finance internationale ou encore sur le train de vie de l’état ! Non ! On palabrait autour « de la bouffe qu’elle est à tout le monde mem’ceux ki zon pas campé hier !!! » … Ils nous ont volé notre révolution …

  4. alain 5 janvier 2012 à 14 h 37 min #

    Ben voyons…On enfile à donf les perles et on se croit penseur. On retourne sa veste en un paragraphe et on se pense « ingérable ».

    T’as pensé à un blog vtt ou Laporte ?…

  5. Ras la canique !!! 20 janvier 2012 à 21 h 13 min #

    Bien envoyé madame !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :