Archive | Coups de coeur RSS feed for this section

Tafraout, les montagnes de l’Atlas et moi

30 Nov

En septembre, je suis allée à Tafraout, dans l’anti-Atlas marocain, pour un voyage berbère à travers le temps et les générations. Mes grands-parents avaient quitté leur petit village de l’Atlas pour Casablanca, mes parents avaient quitté Casablanca pour Paris, et je fais le trajet retour, en hommage à cette diaspora de vadrouilleurs.

Après 5 ans d’absence, je suis retournée dans la vallée d’Ameln, terre natale de mes ancêtres, pour me rapprocher d’eux et de leur simplicité. Rien n’a changé, les petites vieilles se rendent toujours au souk du mercredi, les arganiers centenaires sont fièrement dressés et les tagines sont agrémentés d’un œuf (comble du chic à Tafraout !).

Cette vallée magique sait suspendre le temps, séduire les étrangers de passage et reconquérir ses enfants perdus.

Malgré tous mes efforts pour raconter l’atmosphère unique et humble de cette région, je n’y parviens pas.
Je partage donc ces quelques images avec vous, une partie de mon histoire, de mes origines et surtout pour rendre hommage à ma famille, à mes grands pères, Ahmed et Abed, ces aventuriers courageux de l’immigration.

IMG_4765

IMG_4773

IMG_4815

IMG_4825

IMG_4875

IMG_4845

IMG_4913

IMG_4943

IMG_4952

IMG_4956

IMG_5006

IMG_5023

IMG_5008

IMG_5044

IMG_5045

IMG_4937

IMG_4918

IMG_4848

IMG_5046

Paris danse en images

4 Juil

Voici bien longtemps que je ne me suis pas posée pour écrire un petit billet sur mon blog, alors c’est parti, et cette fois en images.

J’ai découvert, via des amis d’amis qui ont des amis, Alix, un photographe de talent qui capte à la perfection les émotions, les mouvements, bref, le petit truc qui rend une photo unique.

Il a une sensibilité très urbaine et excelle particulièrement sur les photos street dance, notamment avec son projet « Dance 4 Me », qui met en avant les danseurs dans la ville.

A l’origine informaticien, je me suis demandé comment un ancien geek pouvait avoir une fibre aussi « artistique »…

Réponse simple : Alix est un créateur, un véritable artiste dans l’âme. Il a toujours voulu « raconter une histoire », avec d’abord l’écriture, puis le dessin, pour enchainer sur la danse… C’est donc tout naturellement qu’il s’est orienté vers la photo, pour sublimer les personnages et écrire son histoire à sa façon, en images.

Entouré d’amis danseurs, il a régulièrement l’occasion de capter ces moments qui rendent son travail unique.

Je vous laisse profiter de quelques unes de ses photos (pour en savoir plus www.alx-book.com)

Crédits photos : AlX Photography

_DSC4801

_ALX9586

_ALX8203

_ALX7872

_ALX4378

_ALX3436

_ALX2860

_ALX1067_2

_ALX0781

Istanbul, la ville envoûtante

7 Fév

IMG_3442

Istanbul n’est pas une ville, c’est un style de vie.

C’est un lieu d’histoires, de religions, de civilisations, de cultures, bref, Istanbul, c’est le brassage.

Bercée par le Bosphore et la mer Marmara, Istanbul l’orientalo-occidentale a du mal à choisir entre l’Europe et l’Asie et tous ses habitants sont coincés dans cette douce et belle schizophrénie.

Cette ville du passé et tournée vers le futur ne cesse de surprendre ses visiteurs par ses contrastes. Il n’est pas rare de croiser une femme en niqab faire la queue chez McDonald’s, un groupe de hipsters bières à la main près d’une mosquée ou un vendeur de bracelets regarder un film sur son ipad au cœur du Grand Bazar.

Istanbul est jeune, vieille, métissée, conservatrice, libérale, antique, moderne, musulmane et laïque. Les Stambouliotes, eux, ont fait leur choix : ils vivent leur ville.

Cette ouverture et ce mélange, sont la richesse de cette ville unique et envoutante dans lequel le temps n’a plus de place.

Istanbul est un coin magique, il faut le voir pour le croire.

IMG_3445

 

IMG_3457

 

IMG_3576

 

IMG_3506

 

IMG_3481

 

IMG_3450

 

IMG_3615

 

IMG_3604

 

Leila Ajig

 

Les quartiers de Paris en « clichés » !

12 Nov
Cliché-Sur-Seine de Simon Sek

Cliché-Sur-Seine de Simon Sek

Depuis quelques mois, les parisiens de réapproprient leur ville et leurs quartiers en images. On voit apparaître des adorateurs du 11ème (j’en connais un qui pense qu’il s’agit même d’une nation), des fans du quartier latin et des inconditionnels des Grands Boulevards. Chacun veut laisser sa petite marque et les arrondissements de l’ouest se ringardisent face à un est parisien qui revendique sa différence et son ambition culturelle.

Cette tendance se traduit aussi dans des créations aussi originales les unes que les autres.

Je suis tombée il y a 3 mois sur la carte de vœux 2013 de l’agence Havas Worldwide qui montre à la perfection la diversité des quartiers de Paris.

Voici également une série d’illustrations originales de Simon Sek, Cliché sur Seine  qui met en avant les particularités des arrondissements de Paris.

Cliché-Sur-Seine de Simon Sek

Cliché-Sur-Seine de Simon Sek

Leila Ajig

Reportage photo : 3 semaines dans un camp de Roms

1 Oct
Photo : Yann Merlin

Photo : Yann Merlin

Dans le cadre d’un reportage sur les Roms pour Metronews, le photographe Yann Merlin a pris une série de photos superbes. On est loin des clichés sur les Roms devenus tellement banals, du déversement quotidien de haine sur cette communauté déjà fragilisée. Ces photos captent des moments de vie, de joie, de réflexion, de solitude et de solidarité, sans filtre, sans tabou ni exagération.

Photographe : Yann Merlin

Photographe : Yann Merlin

Photo : Yann Merlin

Photo : Yann Merlin

Photo : Yann Merlin

Photo : Yann Merlin

Photo : Yann Merlin

Photo : Yann Merlin

Photo : Yann Merlin

Photo : Yann Merlin

Photo : Yann Merlin

Photo : Yann Merlin

Photo : Yann Merlin

Photo : Yann Merlin

Photo : Yann Merlin

Photo : Yann Merlin

Photo : Yann Merlin

Photo : Yann Merlin

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir le reste des photos.

New York ou la ville fantasmée

28 Mai
La Skyline

La Skyline

Jamais, au grand jamais je ne pouvais imaginer qu’une ville comme Paris puisse trouver une consœur à sa hauteur. Mais New York m’a ouvert les yeux : veni, vidi, vici !

New York est un mélange de langues, de couleurs, de styles, de quartiers, de personnages, de mentalités dans lequel le trader de Midtown arrive à croiser la femme de ménage clandestine de Spanish Harlem.

Il m’est assez difficile de décrire cette ville, de la raconter, ou même de résumer le sentiment que j’ai eu en battant son pavé. La grosse pomme vous prend à la gorge et elle vous injecte une dose suffisante d’addiction pour ne plus jamais se défaire de vous.

Voici quelques clichés.

Don't Walk

Don’t Walk

SoHo

SoHo

Central Park

Central Park

NYPD

NYPD

Street Art à Brooklin

Street Art à Brooklyn

Joli Street Arter à Brooklyn

Joli Street Arter à Brooklyn

Hygiène, quand tu nous tiens...

Hygiène, quand tu nous tiens…

Au pied du Brooklyn Bridge

Au pied du Brooklyn Bridge

Fin de journée laborale des écoliers

Fin de journée laborale des écoliers

Serrés comme des sardines, mais avec la clim'

Serrés comme des sardines, mais avec la clim’

Confusion des genres :)

Confusion des genres 🙂

Grab a cab !

Grab a cab !

Discret !

Discret !

Romantisme sur la High Line

Romantisme sur la High Line

Pendant ce temps à Brooklyn...

Pendant ce temps à Brooklyn…

Humour New-Yorkais

Humour New-Yorkais

Les buildings veillent sur Central Park

Les buildings veillent sur Central Park

Leila Ajig

Le bonheur est dans le brunch.

22 Nov

Cette fois, je ne pousse pas de coup de gueule politique, juste un coup de cœur très personnel.

En hiver, j’affectionne particulièrement les grasses matinées le week-end, elles me ressourcent et sont mon répit avant la bataille de la semaine. Passer du lit au canapé avec un plaid bien chaud est un plaisir que je ne boude jamais.

Ce bonheur est assez souvent cassé par les réflexions suivantes : « J’ai faim… Mince je n’ai plus rien dans le frigo… Je veux un pain au chocolat… il faut que je descende à la boulangerie, que je remonte cinq étages à pieds… en plus je suis encore en pyjama… mais si je mets un manteau, personne ne le verra… mais je vais attraper froid… Est-ce que j’ai suffisamment faim pour faire cet effort ? … On verra dans 20 minutes, en attendant je bois un peu de thé… ».

Et oui, parfois je me rassure en me disant « Cogito ergo sum », mais que je cogite trop pour un brunch du dimanche…

Alors je me suis mise à chercher en étant persuadée qu’il existerait bien un service qui pourrait mettre fin à mes souffrances superficielles des samedis et dimanches matins : un brunch, chez moi, sans mettre le pied dehors ! Et j’ai trouvé la perle rare : Sophie la Parisienne.

Cette petite entreprise propose la livraison de brunchs et de petits déj le week-end, mais aussi -tenez-vous bien- la semaine ! Les photos donnent l’eau à la bouche et sont un véritable appel à la goinfrerie.

Ils vous proposent même de joindre le journal du matin à votre festin.

Se faire livrer le petit dej le week-end est un luxe, je le sais bien, mais parfois, on a juste envie d’un petit caprice pour aller mieux 😉

Leila Ajig

Stéphane Gatignon, maire de Sevran, mon héros

12 Nov

Le maire de Sevran (Seine-Saint-Denis), Stéphane Gatignon, est en grève de la faim depuis vendredi pour réclamer une plus grande aide de l’Etat pour sa commune. (Photo : LP/DELPHINE GOLDSZTEJN)

Depuis vendredi 9 novembre, ce maire aux traits tirés pose devant les journalistes avec son écharpe tricolore.

Stéphane Gatignon, le maire de Sevran n’est pas là juste pour les photos. Il est en grève de la faim pour alerter l’opinion et les pouvoirs publics sur la situation financière de sa ville (l’une des communes les plus pauvres de France) et les disparités sociales et économiques qui existent entre les territoires.

Il y a quelques temps déjà, cet élu agitateur avait tiré la sonnette d’alarme en demandant l’intervention de l’armée dans sa commune rongée par le trafic de drogue et la violence qui en découle.
Ce maire, on l’a bien compris n’a donc pas la langue dans sa poche et vient aujourd’hui pousser son coup de gueule à deux pas de l’Assemblée Nationale.

Avec cet acte courageux, Stéphane Gatignon tape du pied et rappelle que les habitants des quartiers populaires sont depuis des décennies les laissés pour compte de la République.
Ce qui était de fait une situation acceptée, reconnue et subie en silence est portée au grand jour : la Seine-Saint-Denis est un territoire meurtri et la situation doit changer. Originaire moi-même de Seine-Saint-Denis, ce coup de gueule me touche particulièrement, il donne de l’espoir et de la force pour continuer à y croire.

A l’heure où les Français remettent en question le pouvoir des politiques et leur capacité à changer les choses, nos vies, ce maire nous prouve une fois de plus que la volonté de changement passe par l’engagement.

Je salue le courage de cet homme, sa détermination politique et j’espère que le changement, c’est bientôt.

Leila Ajig

Journée de marché à Agadir

29 Août

Habituellement, quand je vais au marché en France, c’est assez tard dans la matinée, et pour y rester des heures. Imaginez un peu le temps que cela peut prendre dans le plus grand marché d’Agadir, Souk Al Had (marché du dimanche ouvert tous les jours, ne cherchez pas d’explications, c’est comme ça !).

Avec ses centaines de petits stands, c’est le marché le plus gros de la région et on y trouve de tout : épices, légumes, babouches, huiles d’argan, tissus, bijoux, savon noir, olives, vaisselle, maroquinerie… vraiment tout.

Mon shopping marocain commence donc par mon ventre. Je goute à tout sur mon passage : figues de barbarie, olives, miel, huile d’argan et pain chaud. C’est une véritable expérience pour les papilles !

20120827-182454.jpg

Stand d’épices et remèdes de grands mères

Des épices bien disciplinées

Je fais bien sûr un détour chez le vendeur de miel et d’huiles pour plonger mes doigts dans un miel de thym délicieusement addictif ! J’en profite pour acheter deux petits flacons d’huile d’argan pour le visage et pour les cheveux.

Quand je pense qu’en France on peut acheter des crèmes avec une pointe d’huile d’argan à des dizaines d’euros, je suis hilare quand je paie mon flacon d’huile pure à 2,50€ !!

Argan

La panoplie cosmétique de la femme berbère : 100% argan

Dans les allées, une femme m’interpelle en berbère pour me faire un tatouage au henné qui ira parfaitement avec mon bracelet en argent acheté la veille à Tiznit. Victime du marketing et de la pub, je craque. On se met d’accord sur le prix, et pour 10 dirhams (environ 1 euro), le contrat de tatouage est bouclé !

La tatoueuse s’occupe de colorier ma main droite 😉

20120827-182525.jpg

Après 5 minutes, mon tatouage au henné est terminé !

Si un jour vous avez l’occasion de passer par Agadir, au lieu de foncer vers un car de touristes pour manger sous une tente berbère (les berbères ne mangeant pas sous les tentes), je vous conseille vivement de vivre cette expérience !

Leila Ajig

Les Berbères, les bijoux et moi

27 Août

La première étape de mon périple vers le grand Sud marocain commence à Tiznit. Petite, lorsque j’y allais avec mes parents, j’avais l’impression d’entrer dans un petit village berbère, aujourd’hui le petit village a laissé la place à une ville moyenne avec ronds points et bus à tous les coins de rue.

Tiznit, c’est un peu comme la Place Vendôme des berbères (mais un million de fois moins cher) : l’endroit où les femmes berbères achètent leurs bijoux et ornements en argent depuis des générations, et pour continuer la tradition, je m’en vais faire du shopping !

Avant, je m’arrête pour un petit goûter typiquement marocain : crêpe au miel (msemen) et thé à menthe.

Crêpe marocaine

Crêpe marocaine

Thé à la menthe

Mon caprice : le thé à la menthe

Fantasia

Fantasia : tradition berbère où les cavaliers montrent leurs forces et leurs beaux chevaux à la foule

Arrivée sur la place Méchaouar de Tiznit qui abrite les galeries et bijoutiers,  je me retrouve en plein festival de la ville qui met à l’honneur la culture berbère (artisanat, chants et danses, fantasia…).

20120827-182753.jpg

Orchestre traditionnel berbère

20120827-182808.jpg

Bijouterie berbère

Après avoir traversé la place animée et pleine de monde, je m’engouffre dans la galerie des bijoutiers. Tiznit est réputée pour ces bijoux en argent et leur style « Ethnic Chic » pour parler bobo.

20120827-182820.jpg

J’ai hésité alors j’ai pris le plus gros bracelet ;-P

Leila Ajig

%d blogueurs aiment cette page :