Archive | Coups de coeur RSS feed for this section

Maroc : la route des Atlas en images

25 Août

Arrivée à Casablanca le soir, je suis envahie par cet air de la mer si familier mais qui me prend toujours par surprise.
Je n’ouvre même pas mes bagages et décide de quitter la ville blanche pour un petit retour aux sources en pays berbère.

Qu’à cela ne tienne, je prends la route direction Agadir avec un petit crochet par Tiznit.

Cette route me rappelle de vieux souvenirs d’étés à sillonner les Atlas. Elle est à couper le souffle et les montagnes marocaines se jouent de nous : on passe du jaune, au rouge feu, en passant par l’ocre sans s’en rendre compte.

Les champs d’oliviers du début du périple laissent place aux nobles arganiers qui se font de plus en plus nombreux dans la région de Souss, berceau de mes aïeux.

20120825-232720.jpg

20120825-232752.jpg

20120825-232803.jpg

20120825-232815.jpg

Paris je t’aime !

13 Août

Le mois d’août est propice à la redécouverte de Paris, du vrai Paris.
J’ai décidé avec Bewdie, amie et photographe, de passer un authentique week-end parisien et capter ces images que l’on aime de notre ville.
Mais attention, pas de tour Eiffel, pas d’Arc de Triomphe et encore moins de Pyramide du Louvre ! Focus sur notre Paris préféré, celui des couleurs et des mélanges.

Cap sur Belleville !
Notre périple commence à Belleville, ce quartier au sang mêlé qui a vu naître une figure mythique de Paris, Edith Piaf, fait cohabiter canard laqué, dragées cacher et tissus de caftans. C’est mon quartier préféré, celui où les néobobos côtoient les piliers de bars et les artistes locaux. Le quartier ne vote pas UMP, c’est une évidence…Belleville est un millefeuille d’immigration, et la tolérance y est de mise.

Bienvenue à Boboland


Après quelques emplettes rue du Faubourg du Temple, nous décidons de traverser le canal Saint Martin et de prendre un verre au Café de la Marine, il n’y avait plus de place chez Prune, évidemment. Cette traversée du canal, aussi belle soit-elle, vous fait prendre une augmentation de 2 € sur vos boissons, 5 € sur les pantalons et 1500€ de plus au m² ! Mais peu importe, rien ne vaut une table en terrasse face au quai de Valmy pour écouter les débats politiques de ses voisins.

Bollywood in Paris


L’heure de gouter approchant, nous nous engouffrons dans le métro pour en sortir quelques minutes plus tard à la Gare du Nord, où Paris nous offre jusqu’à la Chapelle une impression bollywoodienne. Le quartier indien nous tend ses bras, ses saris, ses patates douces, ses sourires et nous invite à visiter ses boutiques embaumées d’encens.

Après 1 parotta (crêpe indienne), une petite assiette de légumes, un chai bien épicé et une addition à 3,5€, nous continuons notre périple parisien.

Le Bouillon Chartier, une institution.


Paris n’est pas Paris sans la cantine de Chartier, monument de la restauration parisienne du 19ème siècle. Bien évidement on n’est pas là pour la qualité de la nourriture, on y va pour l’ambiance, pour la magie du lieu. J’adore regarder ces serveurs titis parisiens, en gilets noirs et nœuds papillons, voler en salle avec huit assiettes dans les bras. Ici non plus, on ne se ruinera pas avec l’addition, griffonnée sur un coin de la table, à même la nappe.
Fin de la première journée du marathon, nous reprenons le métro et préparons la seconde journée.

Brunch marocain au Marché des Enfants Rouges


Paris en août, dimanche 13h : soleil de plomb, tenues légères et ambiance décontractée. Le Marché des Enfants Rouges, plus vieux marché de la ville, nous accueille. Le monde se bouscule chez le traiteur marocain. Nous nous installons donc en terrasse ombragée, sur une table en zellige et savourons nos mets. Moi qui suis assez difficile sur la nourriture marocaine que je connais très bien, je dois avouer que j’ai été conquise par la salade de tomates et poivrons, le couscous, le tagine kefta et la pastilla au poulet. Nous avons terminé par un bon thé à la menthe et je me suis laissée bercer par les conversations en berbère des serveurs. La terrasse était pleine à craquer et les couscous étaient posés sur toutes les tables. Comme quoi, nous avons bien la confirmation que le couscous est bien un des plats préférés des Français, qui votent Le Pen à 20%…
Ce petit bout de Maroc au centre de Paris nous a donné envie de poursuivre notre voyage en Orient et de nous offrir un repos bien mérité au hammam.

Hammam Médina
Nous fonçons vers le 19ème, rue Petit, et nous engouffrons dans le hammam. Merveilleux rappel d’après-midis de mon enfance, je suis comme un poisson dans l’eau et je passe de la pierre chaude au savon noir avec une aisance toute naturelle. Un gommage, un enveloppement à l’argile, quelques thés à la menthe et 3 heures plus tard, nous ressortons douces et ravies.

Ce tour de Paris à ma façon m’a donné envie de ma ville. Paris ne se résume heureusement pas aux Champs Elysées et à la place Vendôme, Paris est cosmopolite, complexe, riche, ouvert, diversifié et généreux.
C’est mon Paris, le vrai Paris que j’aime.

%d blogueurs aiment cette page :