Archive | Humeurs RSS feed for this section

8 mars, journée de la femme

8 Mar

 

Journée de la femmeAlors c’est le 8 mars, fameuse journée de la femme que certains confondent volontiers avec la nouvelle Saint Valentin.

Alors non, on ne demande que des roses rouges nous soient distribuées ou encore que l’on nous souhaite bonne fête. Les femmes voudraient des choses plus simples : le respect, l’égalité et la dignité.

Bien que cette journée arrive une fois par an, elle permet de rappeler que de nombreux droits humains et des femmes sont bafoués tous les jours : dans les entreprises, dans les familles, dans les sociétés des pays développés comme dans les autres.

En France, les inégalités entre hommes et femmes sont criantes et continuent d’exister.

Le 8 mars est donc une piqûre de rappel, chaque année, pour que les pouvoirs publics s’investissent réellement dans la lutte pour l’égalité hommes-femmes.

Leila Ajig

Une sélection de photos pour les amoureux de Paris

16 Nov

Depuis quelques semaines, je suis de très près Paris Pictures qui nous offre tous les jours une sélection de photos de Paris.

Photos de photographes professionnels, amateurs ou simples passants qui partagent leurs visions de Paris,  nous sommes plongés dans le présent et le passé à travers les détails d’architecture, l’intimité de moments volés ou l’art de vivre à la parisienne (oui oui, je vous assure que ça existe !).

Voici quelques unes de ces photographies de Paris.

Leila Ajig

Stéphane Gatignon, maire de Sevran, mon héros

12 Nov

Le maire de Sevran (Seine-Saint-Denis), Stéphane Gatignon, est en grève de la faim depuis vendredi pour réclamer une plus grande aide de l’Etat pour sa commune. (Photo : LP/DELPHINE GOLDSZTEJN)

Depuis vendredi 9 novembre, ce maire aux traits tirés pose devant les journalistes avec son écharpe tricolore.

Stéphane Gatignon, le maire de Sevran n’est pas là juste pour les photos. Il est en grève de la faim pour alerter l’opinion et les pouvoirs publics sur la situation financière de sa ville (l’une des communes les plus pauvres de France) et les disparités sociales et économiques qui existent entre les territoires.

Il y a quelques temps déjà, cet élu agitateur avait tiré la sonnette d’alarme en demandant l’intervention de l’armée dans sa commune rongée par le trafic de drogue et la violence qui en découle.
Ce maire, on l’a bien compris n’a donc pas la langue dans sa poche et vient aujourd’hui pousser son coup de gueule à deux pas de l’Assemblée Nationale.

Avec cet acte courageux, Stéphane Gatignon tape du pied et rappelle que les habitants des quartiers populaires sont depuis des décennies les laissés pour compte de la République.
Ce qui était de fait une situation acceptée, reconnue et subie en silence est portée au grand jour : la Seine-Saint-Denis est un territoire meurtri et la situation doit changer. Originaire moi-même de Seine-Saint-Denis, ce coup de gueule me touche particulièrement, il donne de l’espoir et de la force pour continuer à y croire.

A l’heure où les Français remettent en question le pouvoir des politiques et leur capacité à changer les choses, nos vies, ce maire nous prouve une fois de plus que la volonté de changement passe par l’engagement.

Je salue le courage de cet homme, sa détermination politique et j’espère que le changement, c’est bientôt.

Leila Ajig

Chiffre du jour : neuf enfants d’immigrés sur dix se sentent Français

10 Oct

Pour la première fois, l’Insee publie une étude sur les immigrés et leurs enfants. On se penche enfin sur cette tranche de la population française dont je fais partie: les Français issus de l’immigration…

Jusque là, pas de grande surprise, on découvre par exemple que nos résultats scolaires sont en amélioration mais qu’en matière d’emploi, le plafond de verre subsiste.

Mais le chiffre qui m’a le plus marquée est celui des 90% des enfants nés de parents immigrés qui se sentent Français. Voilà un chiffre qui vient mettre un peu d’ordre dans un océan de fantasmes (intégration, appartenance à la nation et  partage des valeurs qui seraient moindre chez les enfants d’immigrés). Alors oui,  nous sommes (aussi) Français,  donc nous nous sentons français.

Cependant petit bémol : 27 % des Français nés de parents immigrés se disent victimes de discriminations, soit autant que leurs parents qui ne sont pas nés en France…

Je comprends ce sentiment : être Française, mais de ne pas jouer dans la même cour que les Français qui ne sont pas issus de l’immigration…

Pour illustrer mon propos, voici quelques commentaires (qui correspondent aux paroles que l’on entend tous les jours) sur l’article du Parisien (Neuf enfants d’immigrés sur dix se sentent français).

Sympa non ?

J’ai beau être Française, je ne me remets pas de ces commentaires où la suspicion règne.

Leila Ajig

Les tumblr humoristiques à ne pas manquer !

7 Sep

Depuis quelques mois déjà, le web nous offre des petites perles sous forme de tumblr épicés par des images animées en GIF qui font mon bonheur (oui, mon bonheur ne tient pas à grand chose !).

Le but de ces blogs est de raconter avec des images débiles, mais tellement parlantes, les petites scènes du quotidien.

Voici une sélection de mes préférés (ceux  dans lesquels je me reconnais, évidement) :

Les politiques sont nos amis se moque des politiciens de droite comme de gauche.

QUAND JEAN-FRANÇOIS COPÉ PART DE CHEZ LUI LE MATIN.

QUAND UN CANDIDAT RÉPUBLICAIN DÉCLARE QU’EN CAS “DE VÉRITABLE VIOL, LE CORPS FÉMININ A DES MOYENS D’EMPÊCHER LA FÉCONDATION”.

 

Je suis un vrai Parisien est celui dans qui me rappelle que je ne suis pas seule…

Quand je me prends les portes du métro et fais mine de rien

Quand j’ai trouvé une place assise dans le métro en heure de pointe

Ciel mon Agence ! permet aux novices de comprendre la vie d’une agence de com 🙂

Quand je me rends compte à 10h qu’on est pas jeudi mais VENDREDI.

Quand un collègue me pose une question après le dej du vendredi.

N’hésitez pas à insérer dans les commentaires d’autres tumblr de ce type. Merci !

Leila Ajig

Club Dorothée : 15 ans après, les souvenirs sont intacts

31 Août
Jacky, Dorothée, Ariane et Corbier en 1991 (source: clubdo.free.fr)

Jacky, Dorothée, Ariane et Corbier en 1991

Le 30 août 1997, le Club Dorothée sortait de nos vies et 15 ans après, c’est toute une génération qui garde de vifs souvenirs de cette période.

Le Club Dorothée c’était quoi au juste ?

L’arrivée des mangas à la télé

Sailor Moon et ses copines

Sailor Moon et ses copines

Dorothée et son émission nous ont fait découvrir des dessins animés qui nous scotchaient à l’écran pendant des heures. Il y en avait pour tous les mioches : les sportifs, les bagarreurs, les romantiques, les rêveurs…

Olive et Tom m’hypnotisait : les footballeurs frappaient des coups francs qui duraient environ 10 minutes, aplatissaient le ballon comme une crêpe, et courraient sur le terrain aux proportions déformées (oui, le terrain était parfois rond. Je sais que la Terre est ronde, mais bon, c’était un peu exagéré…).

Les aventures de Dragon Ball Z étaient aussi addictives. Dès que Son Goku s’énervait, il devenait blond et avait les cheveux en pics… Allez comprendre.

Entre deux enquêtes élucidées, Nicky Larsson, détective privé obsédé sexuel recevait des coups de massue d’une tonne par sa coéquipière jalouse aux formes plus que généreuses.

Les étudiants du Collège fou fou fou ne savaient pas manger proprement, balançaient des grains de riz dans tous les sens et devenaient des personnages miniatures lors des moments comiques.

Ranma 1/2, hésitait sur le changement de sexe et son père se transformait en panda au contact de l’eau froide. Thérapie de famille à conseiller.

Sailor Moon, la lycéenne intrépide qui se transforme en super héros avec sa petite jupette bleue et ses bottes rouges aura marqué mes récréation. Je me demandais toujours comment elle faisait pour ne pas avoir de nœuds dans les cheveux quand elle se battait, compte tenu de la longueur de ces derniers.

Les séries à l’eau de rose

Premiers Baisers

Premiers baisers avec la candeur (et connerie) de Justine était de loin ma série préférée mais je n’ai jamais réellement vu les notes de ces lycéens qui passaient leur temps à la cafet’…

Les robes moulantes en lycra rose d’Hilguegue dans Salut Les Musclés étaient intrigantes, tout comme la voix ridicule d’Eric. Le pauvre Minet, quant à lui, se faisait baffer à longueur de d’épisode par cette peste de Valériane.

Les acteurs d’ Hélène et les Garçons avaient la belle vie et se roulaient des pelles toute la journée sans jamais réviser. Là encore, rien sur les résultats scolaires…

Le Miel et les Abeilles, symbole de solidarité et de cohésion au sein d’un groupe d’amis, a fait voler toutes ses valeurs en éclat quand j’ai appris que Giant Coocoo avait terminé en acteur porno et Mallaury Nataf en SDF à la manucure parfaite.

Pas de pitié pour les croissants

Pas de pitié pour les croissants

Les présentateurs du Club Dorothée se mettaient en scène dans des sketches absurdes et dénués de sens. Les Robins de Bois n’ont absolument rien inventé. En revanche l’image de Corbier croquant à pleines dents dans un croissant me hante encore à ce jour.

La carte de membre pour les VIP

Carte de membre du Club Dorothée

En 1991, Le Club Dorothée lance la carte de membre dont le principe est simple : si tu as ta carte de membre, ton nom apparait au générique de fin le jour de ton anniversaire. J’aurais bien aimé que Dorothée dise aux enfants non membres, comme moi, que cela ne servait à rien de rester plantés devant l’écran… A la fin de l’émission en 1997, le Club comptait 700 000 membres. Si le Club Dorothée était une page Facebook, il serait bien loin devant les plus grands marques sur les réseaux sociaux !

Dorothée n’était pas seulement une émission TV, mais un vrai phénomène de société. 15 ans après, la nostalgie est toujours là, même si personne n’ose se l’avouer 😉

Leila Ajig

Journée de marché à Agadir

29 Août

Habituellement, quand je vais au marché en France, c’est assez tard dans la matinée, et pour y rester des heures. Imaginez un peu le temps que cela peut prendre dans le plus grand marché d’Agadir, Souk Al Had (marché du dimanche ouvert tous les jours, ne cherchez pas d’explications, c’est comme ça !).

Avec ses centaines de petits stands, c’est le marché le plus gros de la région et on y trouve de tout : épices, légumes, babouches, huiles d’argan, tissus, bijoux, savon noir, olives, vaisselle, maroquinerie… vraiment tout.

Mon shopping marocain commence donc par mon ventre. Je goute à tout sur mon passage : figues de barbarie, olives, miel, huile d’argan et pain chaud. C’est une véritable expérience pour les papilles !

20120827-182454.jpg

Stand d’épices et remèdes de grands mères

Des épices bien disciplinées

Je fais bien sûr un détour chez le vendeur de miel et d’huiles pour plonger mes doigts dans un miel de thym délicieusement addictif ! J’en profite pour acheter deux petits flacons d’huile d’argan pour le visage et pour les cheveux.

Quand je pense qu’en France on peut acheter des crèmes avec une pointe d’huile d’argan à des dizaines d’euros, je suis hilare quand je paie mon flacon d’huile pure à 2,50€ !!

Argan

La panoplie cosmétique de la femme berbère : 100% argan

Dans les allées, une femme m’interpelle en berbère pour me faire un tatouage au henné qui ira parfaitement avec mon bracelet en argent acheté la veille à Tiznit. Victime du marketing et de la pub, je craque. On se met d’accord sur le prix, et pour 10 dirhams (environ 1 euro), le contrat de tatouage est bouclé !

La tatoueuse s’occupe de colorier ma main droite 😉

20120827-182525.jpg

Après 5 minutes, mon tatouage au henné est terminé !

Si un jour vous avez l’occasion de passer par Agadir, au lieu de foncer vers un car de touristes pour manger sous une tente berbère (les berbères ne mangeant pas sous les tentes), je vous conseille vivement de vivre cette expérience !

Leila Ajig

Un déjeuner original à Agadir

28 Août

Agadir, situé sur l’Atlantique permet d’avoir du poisson frais et de bonne qualité toute l’année.

Pour profiter au mieux des produits locaux et de la bonne humeur des Agadiri, je me rends au port de la ville où une cinquantaine de gargotes de poissons font sortir des milliers d’assiettes pleines de fruits de mer chaque jour.

Ces grandes tablées populaires et très appréciées des Marocains servent du poisson jusque tard dans la nuit pour des prix plus qu’abordables.

Ici, chaque personne à un rôle important : le rabatteur de clients, le laveur de mains, le grilleur de poissons, l’apporteur de poissons, le nettoyeur de poissons, le gardien des toilettes, le gardien de parking, le découpeur de figues de Barbarie, le chanteur berbère et sa guitare à une corde… Bref, ici c’est un vraie fourmilière !

On commence par bien se laver les mains.

20120827-181144.jpg

Le stand du laveur de mains et sa panoplie de savons colorés

Le choix de la victime maritime est primordial.20120827-181209.jpg

On choisit son poisson, et le nettoyeur de poissons s’occupe du reste.

On passe ensuite à l’entrée.

20120827-181224.jpg

La seule, la véritable, l’incontournable salade marocaine.

Sans oublier le retour de la victime maritime, grillée.

20120827-181236.jpg

La daurade grillée et sa persillade toute en épices !

On passe au dessert avec les figues de Barbarie à la sortie, un délice.

20120827-181302.jpg

Le vendeur de figues de Barbarie maitrise à la perfection son art.

Ce repas, simple, authentique et convivial est toujours un plaisir de goûts, de couleurs, d’odeurs, de matières et de sons.

Coût du déjeuner par personne (entrée, plat, dessert et boisson) : 3,50€. Qui dit mieux ?

Leila Ajig

Les Berbères, les bijoux et moi

27 Août

La première étape de mon périple vers le grand Sud marocain commence à Tiznit. Petite, lorsque j’y allais avec mes parents, j’avais l’impression d’entrer dans un petit village berbère, aujourd’hui le petit village a laissé la place à une ville moyenne avec ronds points et bus à tous les coins de rue.

Tiznit, c’est un peu comme la Place Vendôme des berbères (mais un million de fois moins cher) : l’endroit où les femmes berbères achètent leurs bijoux et ornements en argent depuis des générations, et pour continuer la tradition, je m’en vais faire du shopping !

Avant, je m’arrête pour un petit goûter typiquement marocain : crêpe au miel (msemen) et thé à menthe.

Crêpe marocaine

Crêpe marocaine

Thé à la menthe

Mon caprice : le thé à la menthe

Fantasia

Fantasia : tradition berbère où les cavaliers montrent leurs forces et leurs beaux chevaux à la foule

Arrivée sur la place Méchaouar de Tiznit qui abrite les galeries et bijoutiers,  je me retrouve en plein festival de la ville qui met à l’honneur la culture berbère (artisanat, chants et danses, fantasia…).

20120827-182753.jpg

Orchestre traditionnel berbère

20120827-182808.jpg

Bijouterie berbère

Après avoir traversé la place animée et pleine de monde, je m’engouffre dans la galerie des bijoutiers. Tiznit est réputée pour ces bijoux en argent et leur style « Ethnic Chic » pour parler bobo.

20120827-182820.jpg

J’ai hésité alors j’ai pris le plus gros bracelet ;-P

Leila Ajig

Maroc : la route des Atlas en images

25 Août

Arrivée à Casablanca le soir, je suis envahie par cet air de la mer si familier mais qui me prend toujours par surprise.
Je n’ouvre même pas mes bagages et décide de quitter la ville blanche pour un petit retour aux sources en pays berbère.

Qu’à cela ne tienne, je prends la route direction Agadir avec un petit crochet par Tiznit.

Cette route me rappelle de vieux souvenirs d’étés à sillonner les Atlas. Elle est à couper le souffle et les montagnes marocaines se jouent de nous : on passe du jaune, au rouge feu, en passant par l’ocre sans s’en rendre compte.

Les champs d’oliviers du début du périple laissent place aux nobles arganiers qui se font de plus en plus nombreux dans la région de Souss, berceau de mes aïeux.

20120825-232720.jpg

20120825-232752.jpg

20120825-232803.jpg

20120825-232815.jpg

%d blogueurs aiment cette page :