Archive | Paris RSS feed for this section

Paris danse en images

4 Juil

Voici bien longtemps que je ne me suis pas posée pour écrire un petit billet sur mon blog, alors c’est parti, et cette fois en images.

J’ai découvert, via des amis d’amis qui ont des amis, Alix, un photographe de talent qui capte à la perfection les émotions, les mouvements, bref, le petit truc qui rend une photo unique.

Il a une sensibilité très urbaine et excelle particulièrement sur les photos street dance, notamment avec son projet « Dance 4 Me », qui met en avant les danseurs dans la ville.

A l’origine informaticien, je me suis demandé comment un ancien geek pouvait avoir une fibre aussi « artistique »…

Réponse simple : Alix est un créateur, un véritable artiste dans l’âme. Il a toujours voulu « raconter une histoire », avec d’abord l’écriture, puis le dessin, pour enchainer sur la danse… C’est donc tout naturellement qu’il s’est orienté vers la photo, pour sublimer les personnages et écrire son histoire à sa façon, en images.

Entouré d’amis danseurs, il a régulièrement l’occasion de capter ces moments qui rendent son travail unique.

Je vous laisse profiter de quelques unes de ses photos (pour en savoir plus www.alx-book.com)

Crédits photos : AlX Photography

_DSC4801

_ALX9586

_ALX8203

_ALX7872

_ALX4378

_ALX3436

_ALX2860

_ALX1067_2

_ALX0781

Les quartiers de Paris en « clichés » !

12 Nov
Cliché-Sur-Seine de Simon Sek

Cliché-Sur-Seine de Simon Sek

Depuis quelques mois, les parisiens de réapproprient leur ville et leurs quartiers en images. On voit apparaître des adorateurs du 11ème (j’en connais un qui pense qu’il s’agit même d’une nation), des fans du quartier latin et des inconditionnels des Grands Boulevards. Chacun veut laisser sa petite marque et les arrondissements de l’ouest se ringardisent face à un est parisien qui revendique sa différence et son ambition culturelle.

Cette tendance se traduit aussi dans des créations aussi originales les unes que les autres.

Je suis tombée il y a 3 mois sur la carte de vœux 2013 de l’agence Havas Worldwide qui montre à la perfection la diversité des quartiers de Paris.

Voici également une série d’illustrations originales de Simon Sek, Cliché sur Seine  qui met en avant les particularités des arrondissements de Paris.

Cliché-Sur-Seine de Simon Sek

Cliché-Sur-Seine de Simon Sek

Leila Ajig

Les 10 meilleurs chocolats chauds de Paris

17 Jan
Photo : Chocolat chaud aux épices (Blog "Dis Maman, on mange quoi")

Photo : Blog « Dis Maman, on mange quoi »

Et oui, le moment est venu de se plaindre de ce froid inhumain qui nous glace les joues et les doigts de pieds. Mais l’hiver est aussi la saison pour prendre soin de soi et s’autoriser des petits caprices dans le pur esprit cocooning.

Le chocolat reste le meilleur antidépresseur, surtout quand il est bien chaud et réconfortant.

Je vous propose de découvrir la liste des 10 meilleurs chocolats chauds de la ville par Time Out Paris.

1. Charles Chocolatier

2. Berthillon

berthillon

3. Chloé Chocolat

chloé chocolat

4. Café de Flore

café de flore

5. Angelina

angelina 26. Paul Hévin

paul Hevin7. La Durée

la durée

8. Jacques Geninjaques genin

9. Mamie Gâteaux

mamie gateaux

10. Un Dimanche à Paris

un dimanche a paris

A vos tasses !

Leila Ajig

Une sélection de photos pour les amoureux de Paris

16 Nov

Depuis quelques semaines, je suis de très près Paris Pictures qui nous offre tous les jours une sélection de photos de Paris.

Photos de photographes professionnels, amateurs ou simples passants qui partagent leurs visions de Paris,  nous sommes plongés dans le présent et le passé à travers les détails d’architecture, l’intimité de moments volés ou l’art de vivre à la parisienne (oui oui, je vous assure que ça existe !).

Voici quelques unes de ces photographies de Paris.

Leila Ajig

Paris à l’ancienne en noir et blanc

24 Août

Paris XVIII – Rue Ravignan

J’ai découvert il y a peu de temps le blog Paris Unplugged, qui regorge de photos anciennes sur Paris. Rien de plus émouvant que de voir des moments d’histoire et des scènes de vie figés sur une photo en noir et blanc.
Paris a des airs de petit village de campagne, même si l’on reconnaît très facilement certaines rues, bâtiments ou quartiers.
Paris Unplugged est aussi sur Facebook et nous donne une agréable sensation de nostalgie.

Paris X – Canal Saint Martin, Quai de Jemmapes et de Valmy

Paris XVII – Boulevard Péreire

Paris XIX – Rue de Crimée

N’hésitez pas à découvrir ces merveilles !

Leila Ajig

Faire les belles à Belleville

21 Août

J’ai décidé de refaire une expédition parisienne avec Melle SD : direction Belleville !

Comme je l’écrivais dans un précédent billet, Belleville reste un de mes quartiers préférés à Paris. C’est donc là que nous avons choisi de nous offrir une séance de manucure et pédicure bien méritée pour échapper au soleil de plomb.

C’est chez Rose, spécialiste de l’ongle situé rue Saint Maur, que je me suis faite chouchouter pour trois francs six sous.

Assises sur un siège masseur, nous avons fait nos princesses flemmardes et choisi nos couleurs de vernis.

Ce centre de beauté/dressing de vêtements vietnamiens/temple bouddhiste est un endroit à part où les femmes (et les hommes aussi!) peuvent se relaxer en toute simplicité.

Voilà, aujourd’hui pas de coup de gueule politique, juste le récit d’un après-midi entre copines 🙂

Leila Ajig

Paris et son métro en folie !

17 Août

Je continue sur cette série estivale d’articles dédiés à ce Paris vidé, Paris fermé, mais Paris libéré.
J’en profite pour vous faire découvrir et redécouvrir ces photos insolites du métro de Janol Apin.

Ce dernier prend le nom des stations au pied de la lettre et avec humour. Un vrai régal !

Pour voir le portfolio de Janol Apin

Leila Ajig

Paris je t’aime !

13 Août

Le mois d’août est propice à la redécouverte de Paris, du vrai Paris.
J’ai décidé avec Bewdie, amie et photographe, de passer un authentique week-end parisien et capter ces images que l’on aime de notre ville.
Mais attention, pas de tour Eiffel, pas d’Arc de Triomphe et encore moins de Pyramide du Louvre ! Focus sur notre Paris préféré, celui des couleurs et des mélanges.

Cap sur Belleville !
Notre périple commence à Belleville, ce quartier au sang mêlé qui a vu naître une figure mythique de Paris, Edith Piaf, fait cohabiter canard laqué, dragées cacher et tissus de caftans. C’est mon quartier préféré, celui où les néobobos côtoient les piliers de bars et les artistes locaux. Le quartier ne vote pas UMP, c’est une évidence…Belleville est un millefeuille d’immigration, et la tolérance y est de mise.

Bienvenue à Boboland


Après quelques emplettes rue du Faubourg du Temple, nous décidons de traverser le canal Saint Martin et de prendre un verre au Café de la Marine, il n’y avait plus de place chez Prune, évidemment. Cette traversée du canal, aussi belle soit-elle, vous fait prendre une augmentation de 2 € sur vos boissons, 5 € sur les pantalons et 1500€ de plus au m² ! Mais peu importe, rien ne vaut une table en terrasse face au quai de Valmy pour écouter les débats politiques de ses voisins.

Bollywood in Paris


L’heure de gouter approchant, nous nous engouffrons dans le métro pour en sortir quelques minutes plus tard à la Gare du Nord, où Paris nous offre jusqu’à la Chapelle une impression bollywoodienne. Le quartier indien nous tend ses bras, ses saris, ses patates douces, ses sourires et nous invite à visiter ses boutiques embaumées d’encens.

Après 1 parotta (crêpe indienne), une petite assiette de légumes, un chai bien épicé et une addition à 3,5€, nous continuons notre périple parisien.

Le Bouillon Chartier, une institution.


Paris n’est pas Paris sans la cantine de Chartier, monument de la restauration parisienne du 19ème siècle. Bien évidement on n’est pas là pour la qualité de la nourriture, on y va pour l’ambiance, pour la magie du lieu. J’adore regarder ces serveurs titis parisiens, en gilets noirs et nœuds papillons, voler en salle avec huit assiettes dans les bras. Ici non plus, on ne se ruinera pas avec l’addition, griffonnée sur un coin de la table, à même la nappe.
Fin de la première journée du marathon, nous reprenons le métro et préparons la seconde journée.

Brunch marocain au Marché des Enfants Rouges


Paris en août, dimanche 13h : soleil de plomb, tenues légères et ambiance décontractée. Le Marché des Enfants Rouges, plus vieux marché de la ville, nous accueille. Le monde se bouscule chez le traiteur marocain. Nous nous installons donc en terrasse ombragée, sur une table en zellige et savourons nos mets. Moi qui suis assez difficile sur la nourriture marocaine que je connais très bien, je dois avouer que j’ai été conquise par la salade de tomates et poivrons, le couscous, le tagine kefta et la pastilla au poulet. Nous avons terminé par un bon thé à la menthe et je me suis laissée bercer par les conversations en berbère des serveurs. La terrasse était pleine à craquer et les couscous étaient posés sur toutes les tables. Comme quoi, nous avons bien la confirmation que le couscous est bien un des plats préférés des Français, qui votent Le Pen à 20%…
Ce petit bout de Maroc au centre de Paris nous a donné envie de poursuivre notre voyage en Orient et de nous offrir un repos bien mérité au hammam.

Hammam Médina
Nous fonçons vers le 19ème, rue Petit, et nous engouffrons dans le hammam. Merveilleux rappel d’après-midis de mon enfance, je suis comme un poisson dans l’eau et je passe de la pierre chaude au savon noir avec une aisance toute naturelle. Un gommage, un enveloppement à l’argile, quelques thés à la menthe et 3 heures plus tard, nous ressortons douces et ravies.

Ce tour de Paris à ma façon m’a donné envie de ma ville. Paris ne se résume heureusement pas aux Champs Elysées et à la place Vendôme, Paris est cosmopolite, complexe, riche, ouvert, diversifié et généreux.
C’est mon Paris, le vrai Paris que j’aime.

En août, à nous Paris !

10 Août

Paris, avenue de Wagram, le 10 août 2012
Il y a Paris by day, Paris by night mais on oublie trop souvent le Paris by August. Comment décrire cette merveilleuse sensation de fréquenter une ville désertique, sans circulation et avec une impression légèrement apocalyptique ?

La description est superflue, alors je dresse un inventaire à la Prévert.

Il faut vivre cette ville en août pendant son hibernation, lorsque tous les parisiens se sont jetés hors du périph’,
lorsque l’on peut traverser les avenues sans regarder les passages piétons,
lorsque l’on peut trouver une place assise dans le métro aux heures de pointe,
lorsque les commerçants profitent du soleil devant leurs boutiques en baillant,
lorsque le taxi met moins de cinq minutes pour arriver,
lorsque les pauses déjeuner durent 2 heures,
lorsque mettre un short et des tropéziennes au bureau devient normal,
lorsque l’on fait des safaris photos dans les quartiers de Paris entre copines,
lorsque les gens marchent au ralenti,
lorsque les terrasses de café sont laissées à l’abandon.

Lorsque Paris est vide est que la ville nous appartient à nouveau.

Je dis : « A nous Paris ! »

%d blogueurs aiment cette page :