Tag Archives: politique

Claude Bartolone : exprimez-vous contre le sexisme et lancez une charte contre la misogynie au parlement !

24 Juil

Je pensais que l’euphorie misogyne qui s’était déchainée contre les femmes du gouvernement était terminée et qu’elle venait de la curiosité et de l’excitation de la constitution du premier gouvernement paritaire en France. Il n’en est rien.
Devant l’extase des députés de l’UMP face à la robe de Cécile Duflot ou la délicatesse du député de l’opposition Marc le Fur qui traite Fleur Pellerin de pot de fleur, je me rends bien compte que ces hommes ont perdu tout respect pour les femmes, la parité et la République.
Il est temps que des mesures soient prises par l’Assemblée pour mettre un terme au sexisme ambiant qui frappe les femmes politiques.

Comment concevoir qu’en 2012, les parlementaires que nous avons élus et qui nous représentent dans les hautes institutions puissent se permettre d’insulter la moitié de la population de notre pays ?
Malheureusement, en France, le respect des femmes politiques doit passer par un forcing. Comme cela a été le cas pour imposer aux partis politiques la parité entre hommes et femmes.
Certains de nos chers députés, s’étonnent encore que des femmes, puissent avoir des responsabilités politiques alors qu’elles seraient tellement plus épanouies à faire des gâteaux à la carotte entre deux sessions de vaisselle…

Je propose donc aux présidents de l’Assemblée Nationale de s’exprimer publiquement  contre le sexisme en politique et de faire signer à chacun de nos députés une charte contre la misogynie claire et engageante. En cas de dérapage, le député et le parti politique qu’il représente seraient purement et simplement sanctionnés !
Puisque le respect des femmes n’est pas intégré chez certains députés machos, misogynes et sexistes prenons ces chers messieurs par la main et forçons-les à respecter les femmes !
Pour demander à Claude Bartolone, président de l’Assemblée Nationale, de mettre en place une charte contre la misogynie des députés, signez la pétition : http://chn.ge/PRtAQj

Nadine Morano : quand la com’ tue la politique

13 Fév

Lorsque que l’on voit la photo de Nadine Morano parmi les ministres, on se demande si c’est une blague, un cauchemar ou une erreur de casting. J’opterais pour les trois.
Une blague. Toutes ses sorties médiatiques, volontaires ou non, ont un arrière goût de plaisanterie : de la pizza DSK à l’étudiant écrasé par son escorte, en passant par ses propos relatifs au physique d’Eva Joly. L’agenda médiatique de la ministre chargée de l’Apprentissage et de la Formation professionnelle semble être un one-woman-show permanent, les rires en moins.
Un cauchemar. Les citations, interviews, vidéos, tweets et billets de blog sont aussi surréalistes les uns que les autres. On pourrait presque croire qu’une liste de gags de la semaine est mise à jour régulièrement pour maintenir le niveau de cet humour lourd, graveleux et indigne d’un ministre de la République.
Une erreur de casting. Nadine Morano, comme de nombreux autres ministres de ce gouvernement et des précédents depuis 2007, n’est pas à sa place, preuve que les compétences ne sont pas un critère de recrutement pour notre Président.
Le point commun des ministres de Nicolas Sarkozy reste donc la com’. Ce n’est pas la politique qui anime nos ministres, les actions menées pour le pays, c’est le nombre d’interviews, de vidéos et de mentions sur Twitter. Nadine Morano est la reine dans ce domaine : rien à vendre, mais on le vend bien, hein ma p’tite dame ?
Je suis exaspérée de voir la fonction de ministre rabaissée, maltraitée et humiliée par une vulgarité normalisée. Quel est le but de ce vacarme ? Faire buzzer ? C’est réussi, mais à quel prix ?

Hollande et son discours dans « le 9-3 » : un souffle nouveau pour la France !

23 Jan


Voilà, la vraie campagne commence. Avec le meeting de François Hollande du 22 janvier au Bourget, au cœur de cette banlieue ouvrière, dans ce département meurtri, oublié et stigmatisé, on entre dans le vif du sujet.

Les mesures phares sont posées sur la table : non cumul des mandats, indépendance des médias et liberté de la presse, réformes du système fiscal, lutte contre la corruption, droit de vote accordé aux étrangers pour les élections locales…
Enfin ce que je voulais entendre, des solutions, des propositions qui nous changent des effets d’annonce des cinq dernières années.

Veni Vidi Vinci : il est venu, on a vu, il nous a vaincus. Il est à présent temps que Nicolas Sarkozy soit sanctionné par le peuple, qu’il s’en aille, qu’il dégage lui aussi.
Après avoir fait croire aux Français qu’ « ensemble tout devient possible », on se réveille, au bout de 5 ans, avec un bon goût d’arnaque dans la bouche. Les inégalités n’ont jamais été aussi fortes, le chômage attend des niveaux record, les évadés fiscaux pour lesquels on a taillé un bouclier sur mesure ne sont jamais revenus et le racisme est décomplexé.
Nicolas Sarkozy a laissé la classe moyenne glisser vers le FN, lui a fait croire que l’ennemi était à l’intérieur, qu’il avait une couleur, une religion différente.

Rien, il n’y a rien de positif dans ce quinquennat. Même en creusant, bien profond, on ne trouve rien. La Libye peut-être ? Mais la chute du leader libyen est vite effacée par le silence de la France face à la situation en Syrie, les connivences avec les dirigeants des pays totalitaires.

Le temps du changement est venu, nous en avons besoin.

La France asphyxiée, attend son bol d’air, son renouveau, sa renaissance. Le discours « Présider la République » pose les bases du programme ambitieux du candidat et nous laisse entrevoir une fenêtre d’espoir.

Cet espoir d’alternance, cette obligation de gagner, cette attente de la victoire suscitent des exigences profondes et j’espère que François Hollande saura être à la hauteur des ambitions que les Français ont pour ce pays.

Indignés de merde !

2 Déc

J’étais tranquillement en train de lire le fil d’actualité des mes amis sur Facebook quand je tombe sur une photo qu’a publiée mon amie Sarah (ci-dessus) et là tout est devenu très clair : je déteste ces petits cons d’Indignés.

Rappel : une jeunesse indignée qui se révolte, qui gueule contre ce monde pourri par le capitalisme meurtrier libéré par des politiques incompétents. Ils font aussi un doigt d’honneur à leurs parents soixante-huitards qui ont porté des sous-pull serrés, des minijupes, connu l’arrivée de la pilule, le droit à l’avortement, le plein emploi, les tables en formica oranges, l’amour sans latex… Ces rebelles des années soixante sont aujourd’hui propriétaires et attendent avec impatience leur retraite pour pouvoir s’exiler dans leur riad de Marrakech et finir leur jours sous les bougainvilliers…

Quand le mouvement des Indignés a été lancé, j’ai trouvé cela génial, beau, touchant ! Je me suis dit : « Voila, on a besoin de ça ! Maintenant c’est à notre tour, on va peser sur les politiques français ! Indignons-nous ». J’ai même lu Indignez-vous, le best-seller de Stephane Hessel, que j’ai analysé, lentement, et quand j’ai terminé le livre, au bout de 8 stations de métro, je voulais m’indigner à tout bout de champ, j’étais révoltée par tout !

Au bureau, un collègue m’a dit « Les indignés ?? Mais ils n’ont pas de structure, ils ne sont pas organisés et leurs revendications ne sont pas claires. » Ce jugement me paraissait erroné et pour le moins partisan.

Avec le recul je me rends compte que les Indignés ne sont pas seulement désorganisés; se sont des néo hippies-écolos-crados-bios qui ont les cheveux sales, les doigts jaunes, des pantalons larges, des baskets de skaters, qui fument des clopes roulées et commencent leurs phrases par « Ouais c’est clair, et ben nous on … »

Pour illustrer mon propos, je me base sur les quelques actions de fond menées par nos rebelles sur sur le parvis de la Défense : partage de nourriture entre eux (comme dans Koh Lanta), dessins sur carton, peinture sur toile, camping sauvage… En plus, à force de rester dans le froid et fumer des clopes toute la journée, nos Indignés vont attraper la crève, tomber malades, voir le médecin, obtenir des médicaments et creuser encore plus le trou de la sécu !

Je pensais vraiment avoir un printemps français, un renouveau, un souffle d’espoir, une envie de mieux. Je voulais une jeunesse de France crédible, organisée et politiquement forte. A la place on a un petit groupe de potes qui refait le monde : il ne manque plus que le feu de bois, des gens assis autour et qui se tiennent la main en regardant avec leurs yeux admiratifs un mec avec une guitare qui chante No Woman No Cry.

Je le dis, je suis indignée par les Indignés.

Enfin, je me lance !

19 Nov

Après avoir vécu les débats politiques et la présidentielle de 2007 depuis l’étranger, j’ai décidé de ne pas passer à côté de la campagne de 2012.

Avec ce blog,  je vais commenter, critiquer et suivre l’actualité politique française et internationale de près et y mettre mon grain de sel !

Frileux, sages, gentils : la lecture de mes articles pourraient vous rendre malades  !

Bienvenue !

%d blogueurs aiment cette page :